Accord commercial américano-chinois : trop beau pour être vrai ?
Par Sébastien Galy, Senior Macro Strategist chez Nordea Asset Management

L’accord commercial entre la Chine et les États-Unis devrait être conclu vers le mois de mai ou juin et il sera normal de s’en réjouir, mais il est peu probable que cet accord soit durable car les objectifs des deux pays sont trop divergents. Cet accord sera intégré dans les cours de bourse avant même sa signature, mais il est à craindre que des doutes surgissent ensuite quant à son éventuelle remise en cause un ou deux ans après son entrée en vigueur. Ce risque incite à se concentrer sur les titres défensifs pour protéger les portefeuilles.

Concurrents stratégiques : États-Unis et Chine

Bien que les États-Unis et la Chine se dirigent vers un accord commercial, il est peu probable que cet accord perdure longtemps car aucune des deux parties ne s’accorde sur la place de l’autre sur l’échiquier mondial, chacune se considérant comme dominante.

La Chine semble reproduire son modèle mercantile du XVIe siècle, mais dispose par ailleurs de peu de temps pour se développer et faire face au vieillissement de sa population. Cette évolution démographique rappelle que le pays devient progressivement une économie avancée et va faire face à une croissance plus lente à l’avenir. À l’échelle mondiale, en plus des Etats-Unis, la Chine a un second partenaire économique important, la Russie, ainsi que de nombreux alliés sur les marchés émergents, notamment via son projet de « nouvelles routes de la soie ».

Tout comme dans un contexte de guerre froide, chacune des deux parties s’efforcera de conserver un avantage dans chaque domaine (par exemple avec Huawei face à Apple), et les rivalités comme les décisions de coopération passeront par des séries d’accords temporaires. Par exemple, les États-Unis seraient en train de convenir que la Chine augmenterait ses importations de produits américains d’ici 2025. On l’aura compris : dans ce contexte de rivalité, l’impératif économique devrait généralement continuer à l’emporter sur les autres motifs.

Quand y a-t-il une incitation à coopérer ?

Les pays ont généralement tendance à coopérer entre eux dans certains cas précis : lorsque l’absence de coopération est pire, lorsque leurs cycles économiques sont étroitement liés ou lorsqu’ils souhaitent se regrouper pour former une région économique intégrée (par exemple, l’Union européenne). La coopération ne peut perdurer que lorsque chacun pense que les autres parties resteront elles aussi impliquées dans cette coopération et que les gains qu’elles en tireront dépasseront ceux de toute autre stratégie. En revanche, si les gains mutuels disparaissent, les probabilités de déviation sont alors très élevées, ce qui pourrait être ici le cas de la Chine.
Par ailleurs, la Chine développe son économie domestique en s’appuyant sur la force de sa recherche et de sa technologie, à l’instar du Japon et de la Corée du Sud avant elle. La différence est que la Chine dispose d’un vaste marché intérieur pour pouvoir s’en sortir seule. Il est donc peu probable que la Chine s’éloigne réellement d’une politique fondée sur la création de champions nationaux.

La Chine présente toutefois une vulnérabilité majeure face aux États-Unis : son déséquilibre commercial important et croissant. Les négociations devraient aboutir à une réduction du fort excédent commercial de la Chine. Or, en théorie, plus l’excédent est élevé, plus la devise nationale est forte. Une réduction de cet excédent commercial devrait donc se traduire par une contraction du yuan face au dollar, tout au moins en théorie.
En somme, malgré leur rivalité et le risque d’une déception vis-à-vis de l’accord commercial actuellement négocié, les États-Unis et la Chine devraient continuer à passer entre eux divers accords à l’avenir. La nécessité aura toujours tendance à ramener les partenaires à la table des négociations, d’autant plus que la croissance potentielle s’affaiblit progressivement en Chine.

 

A propos de Nordea Asset Management
Nordea Asset Management gérant 204,8 milliards d’euros*, fait partie du groupe Nordea, le plus grand groupe financier du Nord de l’Europe, avec 282,6 milliards d’euros d’actifs sous gestion*.
Nordea Asset Management offre une large gamme de solutions d’investissements à la fois pour les investisseurs européens et d’autres continents. Nous collaborons avec de nombreux clients et plateformes, a savoir des banques, des gestionnaires de portefeuille, des conseillers patrimoniaux indépendants et des sociétés d’assurance.
Nordea Asset Management est présent à Cologne, Copenhague, Francfort, Helsinki, Londres, Luxembourg, Madrid, Milan, New-York, Oslo, Paris, Santiago de Chile, Singapour, Stockholm, Vienne et Zurich. Cette présence locale marque la volonté de Nordea d’être toujours accessible pour ses clients et de leur offrir le meilleur service.
Le succès de Nordea repose sur une approche multi-boutique combinant l’expertise de nos équipes de gestion internes et des compétences exclusives de gérants externes avec pour objectif de générer de l’alpha de façon durable pour le bénéfice de nos clients. Nos solutions d’investissement couvrent toutes les clases d’actifs, de la gestion obligataire aux actions en passant par des solutions diversifiées, investissant dans de nombreux marchés comme l’Europe, les Etats-Unis, les marches émergents voire le monde entier.
*Source: Nordea Investment Funds, S.A., 31.12.2018

Nordea Asset Management est le nom fonctionnel de l’activité de gestion d’actifs conduite par les entités juridiques Nordea Investment Funds S.A. et Nordea Investment Management AB («les Entités Juridiques») et leurs succursales, filiales et bureaux de représentation. Informations complémentaires pour Nordea 1, SICAV: Les compartiments mentionnés sont ceux de Nordea 1, SICAV (le «Fonds»), un fonds d’investissement (Société d’Investissement à Capital Variable) conforme à la législation luxembourgeoise et à la directive européenne 2009/65/CE du 13 juillet 2009. Ce document est un document marketing à titre informatif et ne contient pas tous les renseignements concernant les compartiments. Toute décision d’investissement dans les compartiments du Fonds doit être prise sur la base du Prospectus en vigueur et du Document d’informations clés pour l’investisseurs (KIID), qui sont disponibles, au même titre que les rapports annuel et semi-annuel les plus récents, sous forme électronique en anglais et dans la langue locale du marché où le Fonds mentionné est autorisé à être distribué, gratuitement sur demande auprès de Nordea Investment Funds S.A., 562, rue de Neudorf, B.P. 782, L-2017 Luxembourg, auprès des représentants ou agents d’information locaux ou auprès de nos distributeurs. Le Dépositaire de Nordea 1, SICAV est J.P. Morgan Bank Luxembourg S.A. Vous pouvez obtenir des informations supplémentaires auprès de votre conseiller financier, qui vous fournira des conseils indépendants de Nordea Investment Funds S.A. Veuillez noter que tous les sous-fonds et parts de fonds peuvent ne pas être disponibles dans la juridiction de votre pays. Informations complémentaires à l’usage des investisseurs résidant en Belgique: Les documents mentionnés ci-dessus sont disponibles sur simple demande et sans frais auprès de notre Agent de service financier en Belgique, BNP Paribas Securities Services S.C.A., succursale de Bruxelles, Rue de Loxum, 25, B-1000-Bruxelles, Belgique. Informations complémentaires à l’usage des investisseurs résidant en France: Avec les autorisations de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) les actions des différents compartiments de Nordea 1, SICAV, peuvent être commercialisées en France. Les documents mentionnés ci-dessus sont disponibles sur simple demande et sans frais auprès de notre correspondant centralisateur en France, CACEIS Bank, 1-3, place Valhubert, FR-75206 Paris cedex, France. La performance passée n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs et le capital total investi ne peut être assuré. Informations complémentaires à l’usage des investisseurs résidant en Suisse: Le représentant et agent payeur en Suisse est BNP Paribas Securities Services, Paris, succursale de Zurich, Selnaustrasse 16, CH-8002 Zürich, Suisse. Les investissements dans des instruments dérivés et les transactions de change peuvent être soumis à des fluctuations importantes qui peuvent affecter la valeur d’un investissement. Les investissements dans les marchés émergents impliquent un risque plus élevé. La valeur de l’investissement peut fluctuer considérablement et ne peut être garantie. Les investissements dans des instruments de participations et de dette émis par les banques risquent d’être assujettis au mécanisme de bail-in, comme prévu par la Directive européenne 2014/59/UE (cela signifie que les instruments de participations et de dette pourraient être amortis, assurant des pertes adéquates aux créanciers non-garantis de l’établissement). Pour de plus amples détails sur les risques d’investissement inhérents à ces compartiments, Veuillez consulter le Document d’informations clés pour l’investisseur (KIID) correspondant, disponible comme décrit ci-dessus. Nordea Asset Management a décidé de supporter le coût de la recherche ces coûts étant couverts par la structure de frais existante (frais de gestion et d’administration). Publié et créé par les Entités Juridiques faisant partie de Nordea Asset Management. Les Entités Juridiques sont dûment agréées et supervisées par les autorités de surveillance financière en Suède et au Luxembourg respectivement. Les succursales, filiales et bureaux de représentation Entités Juridiques sont dûment agréées et réglementées par les autorités de surveillance financière de leurs pays d’établissement respectifs. Source (sauf mention contraire): Nordea Investment Funds S.A. Sauf indication contraire, toutes les opinions exprimées sont celles des Entités Juridiques faisant partie de Nordea Asset Management et de toutes les filiales, succursales et bureaux de représentation Entités Juridiques. Le présent document ne peut être reproduit ou distribué sans accord préalable. Les références à des sociétés ou à d’autres investissements mentionnés dans le présent document ne doivent pas être interprétées par l’investisseur comme une recommandation d’achat ou de vente; elles sont uniquement incluses à des fins d’illustration. Le régime fiscal dépend de la situation personnelle de chaque investisseur et est susceptible d’évoluer à l’avenir.

Suivez nos dernières actualités

@Nordea Asset Management

“The odds are that rising slack in the economy will lead the Bank of England into a cycle of easing,” observes NAM’s Sebastien Galy, Ph.D. in an interview with the Financial Times.

View now
@Nordea Asset Management

Wir Danken allen die an unserem Midsummer Event in Zürich teil genommen haben!

View now
5 months ago

Nordea Asset Management: Responsible Investment

Watch now
6 months ago

2019 Outlook: A Year of Convergence

Watch now